Edito
Quand la préoccupation actuelle d’un nombre grandissant de Français est celle du pouvoir d’achat, que les associations d’aide de première urgence distribuent chaque année plus de repas et que les médias mettent en avant le prix des fruits et légumes, comment faire adhérer la population aux repères de consommation du PNNS ?

Grâce à la mobilisation des acteurs du programme depuis 2005, certains messages semblent toutefois faire leur chemin et se traduisent concrètement notamment dans les chiffres de la dernière enquête « collation en maternelle». En effet, malgré la persistance d’un certain nombre de freins, on note en 2007-2008, une diminution du nombre d’enseignants de maternelle proposant une collation le matin avec surtout une amélioration notable de la composition de cette collation quand elle est proposée (plus de détails sur le site du programme, rubrique « Enfants 3-10 ans »). Si l’effort reste à maintenir, le résultat est encourageant.

La mobilisation doit donc se poursuivre afin de semer aujourd’hui les graines d’habitudes alimentaires qui permettront d’améliorer la consommation des enfants et adolescents d’Aquitaine et de participer à l’objectif du PNNS d’interrompre l’augmentation de la prévalence du surpoids et de l’obésité chez l’enfant.
Le maillage des acteurs sur lequel repose le programme aquitain est une force : l’imagination de chacun en est la richesse, qui se traduit par une palette d’actions très diverses et adaptées au plus près des habitudes de la population, notamment le respect de la tradition, et dans les domaines respectifs de l’éducation, la santé, l’activité physique et sportive, deux clés essentielles de ce programme.

«5 fruits et légumes par jour sans effort» et « des féculents un plaisir à chaque repas »
Comment manger « Au moins 5 fruits et légumes par jour » et « Des féculents à chaque repas » ? L’objectif de cette nouvelle campagne de l’INPES, en cours depuis juin 2008, est de permettre une meilleure compréhension de ces repères pour que chacun se les approprie. Il s’agit également de favoriser le passage à l’acte, en valorisant la notion de plaisir.
Pédagogiques, les messages de cette campagne donnent à tous des idées concrètes et pratiques pour mieux manger.
Consultez les 2 spots TV et les 2 fiches conseils

Logo PNNS : en faire la demande ou la renouveler ?
Vous souhaitez participer à la mise en oeuvre du Programme National Nutrition Santé et bénéficier de son
logo ?
Reportez-vous au nouveau livret « Procédure d’attribution du logo du PNNS : comment l’obtenir » qui vous aider à constituer un dossier de demande conforme aux attentes.


Charte d’engagement volontaire sur l’image du corps
Le 9 avril dernier, Roselyne BACHELOT-NARQUIN, Ministre de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative a signé une charte d’engagement volontaire sur l’image du corps avec les professionnels de la communication, des médias, des champs de la mode et de la beauté. « Convaincus de l’importance de nos activités dans l’expression d’une forme de liberté et de vitalité du corps, à l’opposé de la tyrannie de soi que constituent l’obsession de la maigreur et l’anorexie …nous sommes attachés à l’idée d’engagement partagés et concertés de tous les acteurs du sujet ». La charte prévoit 3 axes d’engagement, dont une « sensibilisation du public à l’acceptation de la diversité corporelle » et une meilleure information du « public sur l’utilisation de l’image du corps pour éviter les phénomènes de stigmatisation et de promotion de la maigreur

• Boissons énergisantes : interdiction dans les établissements scolaires
Ces boissons non alcoolisées contiennent de l’eau, quelques vitamines, de la caféine et d’autres substances selon les produits. Elles sont présentées comme étant destinées à soutenir l’activité physique et mentale en cas d’effort intense.
Dans ses différents avis, l’AFSSA a rappelé que ces produits ne présentent pas d’intérêt sur le plan nutritionnel et qu’ils ne répondent pas aux besoins des personnes engagées dans une activité intense; que des effets indésirables peuvent apparaître après consommation : tremblements, anxiété, irritabilité, colère…L’usage doit être réservé aux adultes et déconseillé aux femmes enceintes.
La circulaire interministérielle N° DGS/ EA3/ DGESCO/B3/2008/229 du 11 juillet 2008 précise que la vente et l’usage de ces boissons sont interdits dans les établissements scolaires et demande qu’une information des élèves et des personnels sur les dangers de ces produits soit mise en oeuvre en accompagnement de cette interdiction.
Pour en savoir plus : www.afssa.fr

Les Echos du programme Aquitain
Au Journal de 20h sur TF1
Le 9 septembre dernier a été diffusé un reportage sur l'obésité infantile, avec pour illustration, l’action du REPOP complétée par le programme Nutrition, Prévention et santé des enfants et adolescents d’Aquitaine. Le Dr Hélène THIBAULT, coordinatrice du programme, a été interviewée aux côtés de Martine RUELLO et du Dr Colette DELMAS.

Au « Sommet des fruits et légumes » de Paris
Du 27 au 30 mai, avait lieu à Paris le « Sommet des fruits et légumes » où Magali Baine et Caroline Carriere de l'ISPED représentaient le programme régional. Elles ont montré une partie du travail réalisé en Aquitaine, notamment les actions pédagogiques du premier degré et le projet "fruits pain eau" développé dans le second degré.

Numéro 5

novembre 2008

Contacts

ISPED

Dr Hélène Thibault

Webmaster

 

En Aquitaine


• Enquête Collation 2007-2008: premiers résultats
La reconduction de cette enquête en 2007-2008 réalisée sur un échantillon représentatif de 928 enseignants de maternelle de l’académie de Bordeaux, a permis de montrer que la perception des enseignants vis-à-vis de la collation a significativement évolué depuis 2004-2005. En effet, la proportion d’enseignants considérant la collation comme un besoin de l’enfant a diminué de moitié et est passée de 66% à 31%. A l’inverse, la proportion d’enseignants la trouvant injustifiée a doublé et est passée de 22% à 44%. Concernant la pratique de la collation, en 2007-2008, le pourcentage d’enseignants qui organisaient une collation au sein de leur classe a significativement diminué passant de 69% en 2004-2005 à 58% en 2007-2008. En termes de composition, nous observons une nette amélioration depuis 3 ans. Ainsi, lorsque nous excluons les collations composées uniquement de fruits, et/ou de lait le taux brut de collation a diminué de 62% (2004-2005) à 40% (2007-2008).
Cliquez ici pour voir le document

• Enquête « Habitudes alimentaire, mode de vie et prévalence du surpoids et de l’obésité en grande section de maternelle » en cours d’analyse.
L’analyse de l’enquête menée par l’ISPED et les médecins de l’éducation nationale auprès d’un échantillon représentatif de 3840 enfants scolarisés en grande section de maternelle (5-6 ans) en 2007-2008 est en cours. Les tous premiers résultats montrent que, selon les références françaises, 6,6% des enfants de grande section présentent un surpoids (selon les références internationales, 9,7 % des enfants de grande section, présentent un surpoids (obésité incluse) et 2,3% sont obèses, soit un taux inférieur aux données nationales de l’étude de la DRESS de 2000 et de 2003.

• Reconduite de l’enquête « Etat des lieux de la réalité des prises alimentaires journalières et des valeurs de corpulence des enfants en classe de CE2 scolarisés en Aquitaine »:
L’ISPED relance en 2008-2009 l’enquête CE2 menée en 2004-2005.
La reconduite de cette enquête permettra d’évaluer l’impact des actions du programme menées dans les écoles du premier degré.

• Mise en œuvre du projet « Fruit » dans les collèges et lycées d’Aquitaine
Ce projet, piloté par l’ISPED est mis en place depuis janvier 2008. Il a pour but d’améliorer et diversifier l’offre alimentaire vendue dans les foyers des élèves des établissements du second degré, en associant un accompagnement pédagogique mené par le réseau du CRAES et des CODES, la Mutualité Française et La Ligue contre le cancer.
10 établissements ont mis en place ce projet au cours de l’année 2007-08 : les viennoiseries vendues au foyer des élèves ont été remplacées par des pains spéciaux et/ou des fruits frais et des actions d’éducation à la santé ont été menées en associant élèves et enseignants. 12 établissements sont sélectionnés pour l’année 2008-09 (5 des 12 ont commencé les actions dès le début de mois de septembre).
Une évaluation préalable des connaissances et pratiques des élèves a été réalisée en janvier 2008 dans l’ensemble des établissements : les 1er résultats disponibles confirment l’intérêt d’agir sur les ventes d’aliments proposées dans les établissements du second degré (53% déclarent prendre une collation le matin et dans 30,1% des cas il s’agit de viennoiseries) et sont encourageants pour la poursuite des actions puisque 31,5% des élèves souhaitent disposer de fruits à la vente au foyer des élèves ou maison des lycéens.
En savoir +

• Mise en œuvre d’actions pédagogique
Grâce au travail des acteurs de terrain du Programme depuis 2005, 6693 élèves ont pu bénéficier d’actions pédagogiques « nutrition » réalisées dans les établissements scolaires du premier degré.
Par ailleurs, plus de 400 enseignants du primaire et personnels de restauration scolaire aquitains ont pu être sensibilisés et formés aux recommandations du PNNS et à ses enjeux pour la santé des enfants et adolescents.
Ces actions ont été mises en place par le réseau du CRAES et des CODES (Comité Départemental d’Éducation à la Santé) en lien avec les infirmières et médecins de l’Éducation Nationale ainsi que les équipes éducatives et les collectivités locales impliquées et les organismes d’Assurance Maladie.
De plus, depuis la fin 2006, environ 200 responsables de structures d’Accueil collectif de mineurs ont été également sensibilisés. Par ailleurs une plaquette diffusant les recommandations nutritionnelles pour les enfants et adolescents pratiquant une activité physique a été réalisée et diffusée dans les milieux jeunesse et sport fin d’assurer la cohérence des messages dans les différents lieux d’activités.

• Implication des collectivités territoriales d’Aquitaine
Au plan national le PNNS développe une stratégie de mobilisation des collectivités territoriales avec les dispositifs « villes actives du PNNS » et « Département actifs du PNNS ». En Aquitaine, la communauté d’agglomération de Pau, les villes de Boulazac (24) et de Coutras (33) ont rejoint la ville de Bordeaux en signant la charte ville active du PNNS.
En France, la Moselle a été le 1er département à signer cette charte, suivie par la Vendée et la Haute-Saône. En Aquitaine, des contacts ont été engagés en direction des collectivités territoriales, responsables de la restauration scolaire, afin de développer une approche globale relative à la qualité nutritionnelle et à l’équipement des établissements scolaires en fontaines à eau.
Le Conseil Régional a d’ores et déjà prévu le lancement d’un appel d’offres pour équiper les lycées engagés dans une démarche de qualité nutritionnelle en fontaines à eau à compter de 2008.
Les responsables du programme, en lien avec le référent PNNS DRASS, souhaitent poursuivre la mobilisation des collectivités locales dans ce sens.

Retrouvez la Charte, le guide à destination des élus et la procédure de signature.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Près de chez vous

 

 

En Dordogne
La ville de Boulazac a signé la charte ville active du PNNS et a rejoint le comité de pilotage départemental de Dordogne..
Un partenariat fort de la CPAM est engagé avec le Conseil Général de Dordogne dans le cadre du programme régional, notamment à travers le Conseil départemental junior. Dans le cadre de ce conseil 96 enfants élus ont reçu une sensibilisation et ont participé pendant 5 journées à la réalisation de nombreux travaux sur le thème de la nutrition (création de menus équilibrés, livrets recettes…), en lien avec des infirmières de l’Education Nationale et des personnels de restaurants scolaires.

En Gironde
La ville de Coutras a signé la charte ville active du PNNS.

Les crèches municipales de Bordeaux travaillent ensemble à l'amélioration de l'offre alimentaire. Les crèches volontaires ont bénéficié d'une séance d’information sur l'équilibre alimentaire et le PNNS, à l'issue de laquelle un groupe de travail s'est formé.
Ce groupe a, avec la diététicienne de la Ville, élaboré 2 plans alimentaires et réalisé un livret de recommandations et de recettes qui sera diffusé dans les 30 crèches municipales. La formation des assistantes maternelles est en cours. Il est aussi proposé aux crèches de mettre en place des actions pédagogiques en direction des enfants et de leur famille.

Le Salon des sports se tiendra à l’occasion de CONFOREXPO du 31 octobre au 11 novembre 2008. Le CROS Aquitaine et la DRDJS interviennent lors d’une conférence mise en place pour les 2èmes assises de la médecins du sport en Aquitaine et offrent un créneau de présentation du programme aquitain le 5 novembre entre 17h à 19h.
Une présentation du Programme aquitain sera réalisée par le Dr THIBAULT, devant les médecins du sport et masseurs-kinésithérapeutes invités.
Rappelons que la promotion de l’activité physique et sportive est un axe de développement du Programme aquitain.

Le réseau de prévention et de prise en charge de l’obésité de l’enfant, RéPOP, mis en place depuis septembre 2006 en Gironde, propose aux enfants en surpoids ou obèses et à leur famille une prise en charge de proximité (un suivi médical régulier par le médecin habituel de l’enfant ou un médecin membre du RéPOP) et multidisciplinaire (possibilité de suivi diététique, suivi psychologique et atelier d’activité physique adaptée). De septembre 2006 à septembre 2008, le RéPOP a pris en charge 556 patients et formé 303 professionnels de santé.
Des liens privilégiés sont mis en place avec les acteurs du programme nutrition prévention et santé des enfants et adolescents en Aquitaine et notamment avec les médecins et infirmières de l’éducation nationale et de la ville de Bordeaux ainsi qu’avec les médecins de Pmi impliqués dans le dépistage.
Le RéPOP vient de se doter d’un nouveau site internet http://www.repop-aquitaine.org/

Dans le Lot et Garonne
Une démarche globale d’éducation pour la santé axée sur l’alimentation et l’activité physique est proposée dans les écoles primaires par le CODES 47.
Les actions pédagogiques du Programme se sont déroulées durant l’année scolaire sur 5 sites dont les équipes pédagogiques étaient volontaires (Buzet sur Baise, Dolmayrac, Feugarolles, Monclar, Saint Laurent).
Des modules de sensibilisation ont été effectués auprès des enseignants, des infirmières scolaires et des personnels de restauration collective, mais également auprès des familles notamment lors des réunions d’information de début d’année, des temps forts de fin d’année (expositions, ateliers, buffets…) et grâce à la réalisation du « carnet gourmand » réalisé par les enfants.
Ainsi 182 enfants des écoles des 5 sites ont bénéficié de 8 ateliers nutrition co-animés :
Pourquoi je mange ?, Eveil sensoriel, Alimentation et activité physique et sportive, Que mangeons-nous ?, Les rythmes de vie et alimentaires, Activités extérieures (ex : visite d’une boulangerie…), Conception de menus, Les règles d’hygiène.
Des actions d’éducation pour la santé ont été proposées également aux jeunes des collèges et lycées (Collège Paul Froment de Sainte Livrade, Jean Moulin à Marmande).
La MSA de Lot et Garonne a poursuivi ses ateliers dans les écoles primaires sur le Duraçois avec une journée de clôture « La journée Nutriforme » qui a eu lieu le 17 juin à DURAS, ainsi que dans les Maisons Familiales et rurales.

Dans les Landes
Sur le volet Actions pédagogiques, à l’issue des formations proposées aux professionnels de 14 centres de loisirs, certaines pratiques ont été modifiées.
Au centre de loisirs de Tartas, équilibre de la collation, informations auprès des familles, actions auprès des enfants, ont été les axes de travail.
Au centre de loisirs d’Aire sur Adour, un projet a été mené avec le CODES en partenariat avec le point Info-Familles auprès des enfants des cycles 1.2.3 en péri-scolaire, conduisant également à la modification des goûters proposés lors de l’accueil des enfants et toutes les trois semaines, à la mise en place d’un goûter thématique.
Un lien avec le directeur de l’école publique d’Aire et avec la centrale de restauration a été réalisé dans la perspective de l’élargissement du programme pour 2008/2009.

Dans les Pyrénées Atlantiques
Saint-Palais
Le collège de Saint Palais a organisé durant toute l’année scolaire un Itinéraire De Découverte (IDD) dénommé "LE BIEN MANGER" auprès de 23 élèves volontaires des deux 5ème du collège.
Thèmes travaillés :
- le goût : acide, amer, salé, sucré, les épices, herbes aromatiques....
- les différents groupes d'aliments,
- intérêt pour la santé des différents groupes d'aliments,
- la ration journalière pour un adolescent,
- comment manger davantage de fruits : préparation et dégustation en classe d'une
fondue au chocolat avec des fruits connus ou moins connus des adolescents (mangue, litchis, kiwi, ananas mais aussi banane, orange, fraise et pomme),
- les calories apportées par un repas et notamment dans les repas servis dans les fast-foods que les jeunes affectionnent tant : « est il possible de manger équilibrer dans un fast-food ».

Les interventions extérieures ont été assurées par l'association BLE (Biharko Lurraren Elkartea=>Pour la terre de demain) et la CPAM de Bayonne.
Pour clôturer cette année d'étude du « Bien Manger », une sortie à thème sur l'alimentation a été organisée avec les élèves.

Bayonne
Animations pédagogiques
Tout au long de l’année, les élèves de CM2 de l’école Jean Cavaillès et les élèves de 5ème de l’atelier nutrition du collège Albert Camus ont réfléchi à l’alimentation dans le cadre d’un travail interdisciplinaire. Ils ont compris qu’apprendre à bien manger est tout à fait compatible avec se faire plaisir.
Les ateliers impulsés par Mme Belascain, de la CPAM, en collaboration avec Mme Rivet, documentaliste, M. Wagner, gestionnaire, M. Prudet cuisinier et Mme Hiriart, infirmière, ont permis aux enfants de réfléchir sur l’équilibre alimentaire et de s’informer sur l’étiquetage des aliments présentés.
Des produits de saison, exposés et dégustés, leur ont fait prendre conscience des différences gustatives, ils ont découvert les aliments bios et la chaîne alimentaire. La participation très active du cuisinier et du gestionnaire a amené les élèves à élaborer eux-mêmes le menu d’une semaine à la cantine du collège en tenant compte de critères de coût et d’équilibre nutritionnel.
Ces animations pédagogiques inscrites dans la durée se sont terminées le 10 juin par la visite d’un groupe d’élèves du CM2 de l’école J. Cavaillès et d’un groupes d’élèves de 5ème de l’atelier « nutrition » du collège A. Camus de l’atelier du cuisinier professionnel Mr Leborgne, afin de rendre encore plus concrètes leurs connaissances.
Le 12 juin 2008 : visite des jardins de Bécadine. Cette sortie a permis aux enfants de découvrir différents légumes et fruits ainsi qu’une connaissance plus approfondie de la flore.

Pau
La Communauté d’agglomérations de Pau, composée de 14 communes, a signé la charte « communauté d’agglomérations active du PNNS ». Le service de restauration scolaire va proposer des menus qui respectent les consignes du PNNS et valorisent un circuit d’approvisionnement court. Une formation du personnel de ce service est élaborée en partenariat avec le CIVAM et la CPAM Pau Pyrénées.
L’association Famille Enfance Education Populaire a mené un projet avec une douzaine d’adolescentes de quartier défavorisé. Après la classe, celles-ci ont reçu une information sur les goûters équilibrés et ont participé à des ateliers d’activités physiques. Ce travail a été valorisé lors du Festival de la Petite Enfance où les adolescentes ont présenté un spectacle de danse gymnique préparé lors des ateliers.
Le Festival de la Petite enfance, qui reçoit sur 5 jours 12000 visiteurs, a abordé cette année le thème de l’eau. A cette occasion, la CPAM Pau Pyrénées a proposé un espace pour promouvoir l’eau comme seule boisson indispensable par opposition aux boissons sucrées.
La Mutualité 64 a proposé des sets de tables plastifiés « mode d’emploi pour manger équilibré et rester en bonne santé». Il est possible d’en commander dans la limite des stocks disponibles à prevention@mutualite64.fr.
La Banque alimentaire du Béarn et de la Soule a mené 19 ateliers cuisine auprès de publics précaires et notamment auprès des jeunes parents de l’association Relais Bébé. 7 personnes ont participé en moyenne à chaque atelier.

 

Forum

CONCOURS DE CRÉATIONS ARTISTIQUES EN ÉDUCATION À LA SANTÉ
La Ligue contre le cancer organise, un concours scolaire de créations artistiques en éducation à la santé s’adressant aux élèves des écoles maternelles et élémentaires. Dans le cadre de ce concours, chaque classe
participante doit concevoir une œuvre collective sur le thème proposé.

En 2008-2009, le concours s’intitule :
« Fruits et légumes : faites provisions de santé ».
Merci de vous rapprochez de votre comité local pour l'inscription

Actualités de votre département
Lors de l'envoi de vos documents pour mise en ligne par le webmaster, n'oubliez pas de spécifier le titre du document.

Vous êtes 329 abonnés à la newsletter.
Prochaine newsletter : mars 2009